Monitoring Forestier

Monitoring forestier : 40 inspecteurs œuvrant dans le domaine forestier ont été formés sur l’outil de vérification des alertes des activités illégales, ForestLink, pour leur travail de suivi.

Dans le cadre d’assurer le suivi des activités forestières, le Groupe d’Action pour Sauver l’Homme et son Environnement (GASHE) en collaboration avec la Rainforest Foundation Uk (RFUK) a organisé une série de formation sur l’outil de vérification des alertes communautaires ‘forestlink’. Au cours de ces formations relatives à l’utilisation de la nouvelle technologie de l’information pour la collecte et la transmission des faits forestiers illégaux, 40 inspecteurs et 6 membres des ONG environnementales en charge de monitoring ont été formés sur le système de contrôle forestier à Kinshasa et dans trois provinces (Equateur, Tshuapa et Tshopo).

 L’usage et la maitrise de cette application sont important au niveau de l’administration forestière. D’après le chef de projet, Joseph BOLONGO, forestlink est un outil mise en place pour épauler le contrôle des activités forestières. L’utilisation de cet outil par l’administration forestière à son importance car la République Démocratique du Congo n’a pas beaucoup d’inspecteurs forestiers pour faire le suivi sur terrain et leur travail nécessite le temps et moyen. Malheureusement, ils sont souvent butés par ces facteurs lors de leurs missions terrain. Raison pour laquelle, l’usage de cette application par l’administration forestière va faciliter le contrôle puisqu’il existe déjà les observateurs communautaires formés qui surveillent des activités forestières. Lorsqu’ils identifient les faits illégaux, ils vont les transmettre à l’administration pour qu’à son tour elle effectue une mission de suivi pour sanctionner les auteurs des infractions forestières.

Il a ajouté que l’utilisation de forestlink a un avantage non seulement sur le temps et le moyen mais également sur son autonomie. Cette application n’exige pas l’internet ou la connexion réseau comme d’autres outils de collecte des données. Il fonctionne directement avec le satellite. Un membre de la communauté peut être à n’importe quel point, il va collecter les données et les transmettre à la base des données sans dépendre d’une connexion internet ou autre chose.  

 Signalons que ce système est expérimenté dans le projet de Suivi en Temps Réel exécuté depuis 2026 et testé dans les provinces de l’Equateur, la Tshuapa et la Tshopo. Il facilite le contrôle forestier grâce aux informations collectées et transmises par les communautés locales qui orientent les inspecteurs forestiers vers les lieux où les activités suspectes sont signalées.

Toutefois, il sied de préciser que durant la période d’expérimentale il a été constaté que la technique utilisée pour localiser les alertes renfermait beaucoup de risque d’erreur lors de la saisie manuelle des coordonnées GPS des alertes par les inspecteurs forestiers. Pour faciliter la vérification des alertes avec certitude, une application androïde reliée à la base des données des alertes a été créée afin de faciliter le téléchargement automatique des données dans un téléphone qui servira de guide aux inspecteurs lors des missions de contrôle forestier.

 GASHE met cet outil à la disposition de l’administration forestière après s’être rassuré de la performance de l’application pour qu’il contribue à la lutte contre l’exploitation illégale du bois afin d’assurer une gestion durable des ressources forestières en RDC. Souligne Mr Joseph BOLONGO.

Dans une ambiance d’apprentissage et d’exercice pratique, les participants ont manifesté leur intérêt à se familiarise avec l’outil et ont exprimé leur réjouissance. Car selon eux c’est un outil réponse à beaucoup d’obstacles qui croisent au cours de leur travail terrain.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.