Gouvernance foncière et forestière

Exploitation anarchique du bois : les victimes réclament réparation des préjudices dans la province de la Tshuapa en RDC

Les victimes de représailles orchestrées par les militaires et policiers mobilisés par la société forestière Congo Sunflower Forestry Development ont saisi le Tribunal de Grande Instance de Boende pour réclamer la réparation des préjudices subis suite aux revendications des droits relatifs à l’exploitation forestière. 

monsieur IYOKO ELUNGU dont la jambe droite a été amputé et monsieur NKOY LUANA qui a subi une résection intestinale, ont été atteints par balles tirées par des militaires le 23 avril 2021 suite à un conflit opposant l’entreprise forestière Congo Sunflower Forestry Development aux habitants du village Tokoma dans le groupement Samba, secteur Boloa, territoire de Boende dans la province de la Tshuapa en RDC. Bien que ces militaires ont été condamnés par la cour militaire de Mbandaka à 6 mois de Servitude pénale, les victimes n’ont bénéficié d’aucune réparation des préjudices subis et leurs conditions de vie ne font que se dégrader.

L’incident s’était produit le 23 avril 2021 lorsqu’une équipe de 12 personnes armées constituée des militaires et policiers transportés dans le véhicule de la société Congo Sunflower Forestry Development, ont fait irruption dans le village Tokoma pour récupérer de force la tronçonneuse saisie par les ayants droits qui ont surpris les travailleurs de Congo Sunflower Forestry Development, exploiter du bois dans leur forêt sans verser aux ayants droits le frais de réjouissance, une pratique utilisée par l’entreprise pour calmer les revendications de ces derniers.

Selon monsieur IYOKO ELUNGU du village Tokoma et victime des représailles, « Ces travailleurs devraient exploiter dans la forêt de Batshina dont les ayants droits avaient déjà perçu 2000 $ pour le droit d’accès dans leur forêt. Mais ces derniers (travailleurs) ont débordé la limite jusque dans notre forêt et ont envoyé les militaires et policiers pour récupérer de force la tronçonneuse ».

Outre les personnes touchées par balles, deux autres personnes ont été arrêtés (le chef du village NDJOLI BOSIKI et le porte-parole Moris BASE) ont passé trois mois à la prison de Boendé. Poursuivi pour l’infraction de rébellion, ils ont été acquittés par le tribunal de Grande-Instance de Boende.

Joseph Bolongo Bekondi,

Chargé de projet « Suivi communautaire des forêts en temps réel

ONG GASHE

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.